Régions du monde où il y a le plus d’observations d’ovnis

Régions du monde où il y a le plus d’observations d’ovnis

Depuis plusieurs décennies des observations d’ovnis sont rapportées d’un peu partout dans le monde.

Le 24 juin 1947 est une date importante pour les ufologues - ceux qui recueillent, analysent et interprètent les données se rapportant aux phénomènes des objets volants non identifiés ou unidentified flying object (ufo) pour les anglophones. Le jour où les ovnis ont fait leur apparition dans le ciel de notre Planète. Lorsqu'un aviateur américain a rapporté avoir vu neuf objets volants non identifiés se déplaçant à grande vitesse. Depuis, les témoignages se sont multipliés. Vidéo à voir: cliquez ICI.

Et que ce soit par des agences gouvernementales ou par des sociétés privées, ils sont désormais précieusement recueillis pour être étudiés. De quoi construire des cartes des endroits où les ovnis semblent vouloir apparaître le plus souvent.

L'hebdomadaire britannique The Economist s'est récemment prêté au jeu. À partir des données récoltées par l'application d'Enigma Labs. Résultat, un nombre impressionnant d'observations d'ovni aux États-Unis. Et plus encore du côté du Nouveau-Mexique, la région dans laquelle s'est produit, en juillet 1947, le célèbre incident de Roswell. Notez tout de même que l'application est en anglais. Peut-être l'une des raisons pour lesquelles la majorité des témoignages qu'elle recueille vient de pays anglophones.

Des ovnis liés à l’environnement

Un peu plus scientifiquement, des géographes de l'université de l'Utah (États-Unis) se sont aussi dernièrement penchés sur la question. À partir des données du National UFO Research Center, soit environ 98 000 rapports sur une période de 20 ans, ils ont cherché à comprendre si des facteurs environnementaux locaux - comme la , la présence d' ou de bâtiments bloquant la vue, la couverture nuageuse, etc. - peuvent augmenter ou diminuer le nombre d'observations d'ovni.

Dans la revue Scientific Reports, ils expliquent ainsi que si le plus grand nombre de témoignages dans le pays vient de l'ouest des États-Unis, c'est en raison de la culture de l'extérieur et de la possibilité pour ces populations d'accéder facilement à des espaces libres et à un ciel sombre. Les géographes notent par ailleurs que les  d'observations d'ovnis semblent en relation avec le trafic aérien et l'activité militaire. Leur conclusion : les témoins voient effectivement des objets qu'ils qualifient d'ovnis parce qu'ils ne savent pas reconnaître leur véritable nature.

Les extraterrestres ont-ils des régions préférées ?

L'étude soutient plus largement l'hypothèse selon laquelle les gens voient des choses lorsqu'ils en ont l'occasion. Les chercheurs espèrent que comprendre le contexte environnemental des observations d'ovnis permettra de trouver plus facilement des explications à leur apparition et aidera à identifier des objets véritablement anormaux qui constituent une menace légitime, potentiellement de type extraterrestre.

Notez que d'autres régions du monde mériteraient peut-être le même type d'analyse. La forêt de Hoia Baciu, en Roumanie, par exemple. Elle est réputée hantée et plusieurs observations d'ovnis y sont rapportées depuis les années 1960. La petite ville de Wycliff Well est quant à elle connue pour être la capitale des ovnis en Australie. Depuis les années 1940, les témoignages sont nombreux. Et certains en ont fait un argument marketing pour des hôtels et restaurants. Au Brésil, une série d'observations ont été signalées au cœur de la réserve de Serra do Espinhaço. Les militaires y auraient même dissimulé les corps sans vie de quelques extraterrestres !

Le saviez-vous ?
Aujourd’hui, on préfère à l’acronyme ovni, l’acronyme pan pour phénomène aérospatial non identifié. Parce qu’il est moins connoté «civilisation extraterrestre». Et parce qu’il est plus approprié lorsque l’on ignore si le phénomène observé implique ou non un objet. matériel.